Avatar, I believe I can Fly…

Hier soir je suis « enfin? » aller voir Avatar, LE film qui fait péter les records au coude à coude avec Titanic. J’avais volontairement pris très peu d ‘information sur le film, j’ai juste regardé la bande annonce, j’ai évité les billets et autres commentaires concernant le film, afin d’être le plus neutre possible lorsque le moment sera venu. Je n’ai pas non plus lu le synopsis, je ne savais donc pas à quoi m’attendre, quoi que sachant que c’est du Cameron je m’attendai bien à de l’amour, du chant et un gros méchant. Mais bon, comme il y a la 3D, fallait bien aller expérimenter un peu le phénomène.

En parlant de la 3D, j’ai été vraiment blasé! non pas par la technique, quoi que y’a rien de formidable, mais par les pubs et bandes annonces du début! Ils te mettent le paquet d’effets 3d, alors que ton cerveau n’est même pas encore habitué, c’est des coups à donner mal au crâne aux plus sensibles dès le début, mais surtout, vu que tous les artifices sont sortis, il n’y a plus aucun effet de surprise pour la suite du film.  De plus, le fait de voir les bords de l’écran mais surtout le bout de la tête de ton voisin de devant te coupe complètement la sensation de profondeur, remettant les images 3D bien à plat sur une surface imposée. C’est à ce demander si la meilleure place pour regarder un film 3D c’est pas le premier rang… prochain film 3D j’essaye. Au passage c’est pas le premier essai de Cameron à la 3D, il y’a déjà eu T2-3D, alors qu’on arrête de nous bassiner avec la nouveauté 3D….

En ce qui concerne le scénario, je m’attendais vraiment pas à plus. Je sais pas si ç’est moi mais à peine 15 minutes de films, la fin est déjà écrite, on comprend tout de suite ce qui va se passer, on se demande même quand va arriver le passage Love pour se dire: « bon! ça, c’est fait! la suite! ».
On a le gros méchant chez les Hommes, qu’a une salle tête d’ailleurs, les gentils bonhomme bleus, c’est pas des shtroumpfs ceux-là ils sont plus grands, les Na’vis, on a aussi le mec qui se balade entre les deux camps (le héro) et chacun son équipe.
Mais que fera notre héro? va-t-il se ranger du coté des hommes ou des Na’vis? D’après toi?
Rien de nouveau, rien de surprenant, on a même envie de lâcher un bon  « I’m the king of the world » quand le héro grandit au milieu des Na’vis. Ambiance victoire, amour, trahison, et compassion… c’est pas ce que je préfère.



Mon moment préféré (c’est au début du film, pour dire…) reste le moment ou Madame Sigourney Weaver sort de son espèce de sarcophage la première fois, j’ai failli crier « c’est bon les gars, Ripley est de retour, ça va aller ». Puis j’ai vite déchanter quand j’ai vu qu’elle ne prenait pas son attirail pour faire le ménage. Un point fort du film, en parlant de personnalité, est justement qu’il n’y a pas de grosses stars (à part Sigourney of course mais elle sait jouer on l’oublie). Le fait de ne pas avoir un héros avec une tête vue revue et re-revue, ça sauve cette ambiance héro-Marin’s-américain, trop présente.

Je me suis ennuyé… plusieurs fois. C’est long, mais certains moments passent plus vite que d’autres. Le reste du temps moi je me suis ennuyé. Heureusement que je ne porte jamais de montre, je crois que le fait de regarder l’heure régulièrement aurait aggravé les choses.
On sait… c’est le défaut de ce film, on sait se qui va se passer, à chaque scène! On sait qu’il va l’avoir son oiseau, on sait qu’il va se la faire, on sait qu’il va pas rester homme, on sait qu’il vont faire tout péter, on sait qu’ils vont être aidé par leur dame-nature, on sait qu’il va obtenir mieux que son oiseau au moment ou on apprend que c’est deja arrivé,  ah oui par contre on sait pas que y’a pleins d’autres Na’vis sur cette planète, enfin en tout cas si ils l’ont dit je devais dormir…

Je comprend qu’il plaise ce film, il a de bons atouts amplement suffisant pour beaucoup de monde, techniquement c’est quand même une belle bête, l’imagerie de synthèse s’est totalement mêlée au reste et passe inaperçue, au point de l’oublier. Très fort. Mais pas assez pour me faire dire que c’est un très bon film.

Il reste classer au rayon Cameron: Films à gros budget, gros publique, petit scénario (ne pas oublier qu’il n’a rien inventé il n’a fait que copier coller une BD, ici et ici) mais ça mérite pas d’en faire un chef-d’œuvre, plutôt un essai artistique.

Un avis comme un autre ;)

3 Comments to “Avatar, I believe I can Fly…”

  1. By Lolotte, 4 février 2010 @ 18 h 07 min

    Ca en fait du texte pour si peu…;-) Ah, faudrait penser à corriger les fautes….

  2. By Logive, 5 février 2010 @ 9 h 38 min

    C’est mal me connaitre que de croire que je vais donner mes sentiments en seulement deux lignes ma chère ;)
    En ce qui concerne les fautes c’est vrai que j’ai pas relu très efficacement…

  3. By JUJU, 14 mars 2010 @ 23 h 57 min

    Pour le record de plagiat je crois qu’avatar bat des records.
    Aquablue une autre bd française présente également d’impressionnante similarités.

    http://nono-oi.over-blog.com/article-avatar-aquablue-plagiat-emprunts-clins-d-oeil–42172516.html

    y aussi le film d’animation Delgo (2008) qui porte plainte contre la Fox.

    Et également une tribu indiennes qui aurait vécu la même histoire mais pour de vrai…

    et aussi Pocahontas…